AGEFI Luxembourg - Mars 2020 - pages gratuites

t Economie Comment analyser le risque du coronavirus pour l’investisseur ? (Didier SAINT-GEORGES, Carmignac) p.1et 3 Private equity : défis ou ambitions pour la future décennie ? (AlbanAUBREE,AissataCOULIBALY,EY) p.1et2 BankingCircleobtientsalicencebancaire p.3 Coronavirus:MesuresprisesparleLuxembourg p.4 Le«AAA»duLuxembourgconfirméparS&P p.4 Covid-19:Mesuresdesoutienpourlesentreprises p.5 Une crise économique en trois dimensions (Philippe LEDENT, ING) p.6 The OECD’s Transfer Pricing Guidance on Fi- nancial Transactions: Three key implications for Luxembourg (Dinko DINEV, Mariana COHEN MARGIOTTA,Deloitte) p.6 La BCE accroît son soutien aux banques mais ne touchepas à ses taux (Reuters) p.7 Coronavirus:L’UEdébloque37milliardsd’euros p.7 C3Members’Meeting2020:Strengtheningthefinan- cialcenterwithclosepartnerships(ABBL) p.7 De la politique monétaire à la politique fiscale pour combattre les impacts économiques duCOVID-19 (CélineBOULENGER,DegroofPetercam) p.8 Coronavirus (COVID-19) : Face à l’épidémie, com- ment les employeurs doivent-ils réagir ? (M e SabrinaS ALVADOR ,EtudeBakerMckenzie) p.8 «Chaque euro dépensé dans les pays du groupe de Visegrád a rapporté 1,50 euro à l’Allemagne et 1,45 euro auxPays-Bas» (MateuszMORAWIECKI, Premier ministre de Pologne) p.9 GreenOcean and the SDGsOpportunity (FARADFinanceForum–September17 th 2020) p.9 Quick fixes : exigences accrues quant à l’exonération deTVAdeslivraisonsintracommunautairesdebiens (BrunoGASPAROTTO,Arendt&Medernach) p.10 LeCritèredel’AvantagePrincipalselonleRégimede Communication Obligatoire : Considérations rela- tives à la législation anti-abus (Oliver R. HOOR, FannyBUEB,AtozTaxAdvisers) p.11 Le développement durable comme source de crois- sance (PhilippeLEDENT, ING) p.12 Unlocking capital markets - an opportunity for growth (ABBL) p.12 Introducing Sustainable Development Goal (SDG) number17:Sustainabledevelopmentthroughglobal partnerships(CharlesLAMOULEN,FIAA.M.) p.12 Nous devons créer un véritable marché unique de l’épargne (BillWIRTZ) p.13 ASEANDayinLuxembourg p.13 Quel avenir pour le partenariat de défense entre le Royaume-Uni et l’UE ? (Jean MARSIA, Société européenne de défenseAISBL) p.14 DAC6 en pratique : «Houston, on a un problème!» (Julien LAMOTTE, Carole HEIN, Anthony TREMBLIER, Deloitte) p.15 Russian Pipeline Gas Exports (NadeždaKOKOTOVI, Brussels EnergyClub) p.16 t Style&Succès Histoiredelamodeetduvêtement:delaPréhistoire à nos jours (Partie IV) (FlorenceLEMEER-WINTGENS,Look@Work) p.16 t Fonds d’investissement Le Private Equity doit-il s’inquiéter du coronavi- rus ? (Laurent CAPOLAGHI, Marie-Laure MOUNGUIA, EY) p.17 SituationglobaledesOPC(CSSF) p.17 Fromshocktocrisis (DrFelixBRILL,VPBank) p.18 Et si les émergents durables pouvaient surperfor- mer ? (DavidCZUPRYNA, Candriam) p.18 Who are the impact leaders of Europe? (Sarah NORRIS,AberdeenStandardInvestments) p.18 ATAD2, nouveauparadigmedes règles fiscales anti hybrides(GuilhèmBECVORT,Allen&Overy) p.19 LesfluxsurlesETFobligatairesseront-ilsplusélevés en2020?(TabulaInvestmentManagement) p.19 LaFedbaissedenouveausestaux(Reuters) p.20 Coronavirus and emerging markets: ears-to-the ground(UBSAssetManagement) p.20 Liquidity risk, a long-time concern in asset man- agement (Samuel CLERC, Pierre-Jean LACROIX, HACAPartners) p.21 L’impactmondial duCOVID-19 (Vincent JUVYNS, JPMorganAM) p.22 Morningstar: Luxembourg FundAwards p.22 FATCA– CRS : le projet de loi du 20 février intro- duit-il un changement de cap ? (Gilles STURBOIS, AntoineDUPUIS,AtozTaxAdvisers) p.23 Croissance verte : une utopie à faible teneur en car- bone ? (Schroders) p.23 RaisingGenderParityinPrivateEquity(LPEA) p.24 Bills of law n°7467 and n°7512: AML V and virtual asset service providers (CMS) p.24 Actions desmarchés émergents : sources de profit (LaurentNGUYEN,PictetAssetManagement) p.24 Comment assurer la compétitivité des petites et moyennesManCo ? (Jiway) p.25 Howtohandlemarketdeclines(CapitalGroup) p.25 Retour sur le Salon IPEM p.26 Whatmakes infrastructure equities so compelling to investors? (DeniseKISSNER,DWS) p.26 «Nous sommes des grossistes sur lemarché des de- vises» (Ebury) p.27 Vous avez dit réduction ? (ColinePAVOT,LaFinancièredel’Echiquier) p.27 CPR Invest – Social Impact : La performance au ser- viceduprogrès humain p.28 ResearchinFinance:Onefficientlyinefficientmarkets (MichelVERLAINE,ICNBusinessSchool) p.28 Le piège de valeur demeure enclenché (Christian SCHMITT,EtheneaIndependentInvestors) p.29 t Assurances Des opportunités pour l’assurance vie luxembour- geoise:Banqueenligne,Néobanques,Fintech,Insur- tech,Robo-advisor…?(Périclès) p.31 IORPsfacingnewlegalrequirements(Finalyse) p.31 Lefondsd’assurancespécialiséluxembourgeois,une solution flexible et innovante pour piloter son épargne(MaximeDEFASY,AlthosPatrimoine) p.31 EIOPAGuidelines on outsourcing to cloud service providers by insurance and reinsurance undertak- ings(VincentWELLENS,NautaDutilh) p.32 Pan-EuropeanPersonal Pension: The solution toEu- rope’spensionproblems?(ChrystelleVEECKMANS, KPMG, ChristianLEMAIRE,Amundi) p.32 Le défi PRIIPs, quelles solutions pour respecter les règles ? (Jean-Christophe MOUGNAUD, Charles SEIGLE-GOUJON,AMFINE) p.33 L’assurance-vieluxembourgeoise,unplacementsur- mesure pour sécuriser sonpatrimoine (MaximeDEFASY,AlthosPatrimoine) p.34 ESG for insurers: frommarketing consideration to better executive judgment (KPMG) p.34 Pourquoi le ParcoursDigital est-il l’accélérateur de la transformationdigitaledesassureurs?(Vermeg) p.34 Lepanorama italiende ladistributiond’assurances (SilviaBRACALONI,MariaTeresaCARACCIOLO, KarineVILRET,Wildgen) p.35 Le back-office assurance 3.0 sera client centric ou ne serapas(E.PIOT,InsuranceTALEOConsulting) p.36 Assurance auto connectée : Les constructeurs au- tomobiles bientôt incontournables (Initio) p.36 t Formations / Emploi La formationcommeaccélérateurde carrièredans le secteur financier (LucHENZIG, ChambredeCom- merce,Houseof Training) p.37 Lesmutations dumonde du travail liées à sa digita- lisation(IMSLuxembourg,CareLuxembourg) p.37 Coronavirus : Comment les entreprises luxembour- geoises peuvent-elles anticiper les risques de propa- gation?(EtudeCASTEGNARO) p.38 L’indispensableformationcontinueenRiskManage- ment(Dr.LucNEUBERG,HouseofTraing) p.39 L’expérience apprenant comme crédo (JulienJOSSE,DominiqueCARBON,Talantlers) p.40 Risques:delanécessitéd’adopterunegrilledelecture comportementale (DelphineDARD-POURRAT,KenshoAdvisory) p.41 «Une formation n’a d’intérêt que si elle répond à un besoin»(OlivierRIXHON,Ofrion) p.42 UniversityandATOZextendfundingfor5years p.42 t Nominations p.43 t Informatique financière Les tendances Fintech à Berlin (LaurentMAROCHINI,SGSS) p.44 Queréserve2020auxCFO?(Sage) p.44 2019, l’année des premières amendes RGPD à sept chiffres(M.HOFMANN,A.delRÍO,EY) p.44 Perspectives du secteur technologique : #BTBT - Big Tech:Bullettime(EdmonddeRothschildAM) p.46 Agility inbanks -wantedbut not yet achieved (zeb consulting) p.46 Pourquoilatransformationnumériquedevraitrester robusteen2020?(FranklinTempleton) p.46 ANewFinancial LandscapeAt The 2030Horizon (EuropeanFinanceSummit) p.47 Les revenus des banques risquent de chuter de 280 milliardsdedollarsd’icià2025(Accenture) p.47 Compliance in theCrypto-FundEra (FrankROESSIG,Proximus) p.48 What Can Europe Expect from the European Com- missionin2020?(Wavestone) p.48 SOMMAIRE AGEFI Luxembourg 2 Mars 2020 Economie Suite pageUne De nombreux acteurs et décideurs de la place financière pensent que ces ambi- tions devraient s’articuler principale- ment autour de l’identification de relaisde croissancepour le capital-in- vestissement au Luxembourg, et ul- timement de l’instauration d’un environnement favorable au déve- loppement des activités de middle office et de front office de façonà cou- vrir l’intégralité de la chaîne de va- leur des fonds d’investissement alternatifs depuis leGrand-Duché. De ce fait, force est de constater que la place financière luxembourgeoise est de- venue un exemple en termes de déve- loppementdeproduitsd’investissement alternatifs, attirant ainsi de plus en plus les gestionnaires de fonds de private equity . Ce sont donc plus de 700 mil- liards d’euros d’actifs sous gestion provenant de fonds alternatifs régle- mentés (source : Commission de Surveillance du Secteur Financier, CSSF) et 19 des 20 plus grands acteurs du private equity mondial installés auGrand- Duché (Source : PreqinGlobal PrivateEquity&Ven- ture Capital Report) qui érigent aujourd’hui le capital-investissement made inLuxembourg en contri- buteur de choix au secteur financier national. Lefaitque90%desinvestissementsmondiauxen pri- vate equity soient structurés à l’aide de véhicules luxembourgeois (Source : Luxembourg Private Equity&VentureCapitalAssociation,LPEA),illustre parfaitement cette contribution. Il convient également dementionner l’im- pact amplement positif de l’entrée en vigueur en 2013 au Luxembourg de la directive relative aux gestion- naires de fonds d’investissement alternatifs (Alternative Invest- ment FundManagersDirective, AIFMD) dont la mise en œuvre rapide au Grand- Duché a renforcé son statut de pionnier dans la transposition efficace de directives euro- péennes, créant ainsi de nom- breuses opportunités pour la distributionde fonds, bienau- delà des frontières euro- péennes. Deplus, l’essor notablede la financedurable avec le positionnement du Grand-Duché au centre de cet espace avec un rôlede lea- der mondial de la finance verte au travers du Luxembourg Stock Ex- change (Luxembourg Green Exchange, LGX), qui a vu la première obligation verte cotée en 2007, est à souligner. Le LGX s’érige désormais en première place aumonde lorsqu’il s’agit de la cota- tion d’obligations vertes. La Banquemondiale et le Fondsmonétaire interna- tional ont ainsi pris la décision de désormais coter l’ensemble de leurs obligations vertes au Luxem- bourg. Dans lemême esprit, les capacités de laplace financière luxembourgeoise à anticiper les futurs be- soins, et donc à être précurseur, s’illustrent égale- ment au traversduLuxembourg– laplateformeEIB Climate Finance créée par le gouvernement luxem- bourgeois avec la Banque européenne d’investisse- ment, destinée à favoriser les investissements en faveur de projets climatiques. Le bilan de l’apport du capital-investissement au secteur financier luxembourgeois est donc très po- sitif, avec l’impact tangible des acteurs du private equity mondial ayant choisi le Luxembourg comme quartier général, aussi bien à l’échelle locale qu’eu- ropéenne. Cette contribution participe non seule- ment à la création d’emplois, mais également au renforcement d’une expertise locale. Le capital-investissement a de facto participé, au tra- vers de son évolution et de son épanouissement au Luxembourg, à établir le Grand-Duché comme deuxième centre de fonds d’investissement au monde justederrière lesÉtats-Unis, et comme leader mondial de la distribution transfrontalière de fonds et centremajeur pour les investissements alternatifs avec plus de 6.000 emplois à son actif. Quelles sont les perspectives de cette classe d’actifs à l’orée de cette nouvelle décennie ? Quels sont les défis aux- quels le succès incontesté du private equity luxem- bourgeois sera confronté ? Défis et perspectives Pour maintenir et renforcer sa présence globale et européenne dans le secteur du capital-investisse- ment, le Grand-Duché devra continuer à attirer les grands noms de l’industrie, afin de solidifier l’éco- système s’y afférent. Pour yparvenir, plusieurs obs- tacles devront être franchis avec brio, incluant la mise en place d’un régime stable pour le carried in- terest , lamise enplaced’uneoffre académique solide en rapport avec les stratégies d’investissements al- ternatives, et notamment sur les fonctions middle of- fice , ainsi que le développement d’infrastructures (routes, habitations, écoles), afin de proposer une offre d’accueil attractive aux nouveaux arrivants. L’investissement dans les technologies relatives au secteur financier, ainsi que l’exploitation de la don- née y relative, pourrait s’avérer être un excellent re- lais de croissance. Il apparaît en effet aujourd’hui impératif pour toute place financière souhaitant se maintenir au plus haut niveau de compétitivité, de savoir appréhender les enjeux du traitement de donnéesmassives générées par l’activitédu capital- investissement, afind’en tirer lemeilleur etmaximi- ser la création de valeur. Le traitement approprié de ces données riches en potentiel de croissance est intimement lié au déve- loppement des talents adéquats disposant de ces compétences pointues. L’ensemble de ces facteurs permettra ainsi au secteur du private equity luxem- bourgeois de renforcer les fonctions du middle et du back office et ainsi de continuer d’attirer les acteurs du secteur. L’industriedu private equity doit ainsi continuer àan- ticiper les défis qui peuvent menacer son succès mondial et ne surtout pas s’endormir sur ses lauriers au point de penser qu’elle pourrait se passer des évolutions opérationnelles et juridiques nécessaires pour embrasser la révolution technologique et hu- maine émergente ainsi que la complexité réglemen- taire émanant des directives européennes. Alban AUBREE, Associé, Private Equity, EY Luxembourg Aissata COULIBALY (cf. portrait), Associate Partner, Private Equity, EY Luxembourg Private equity: défis ou ambitions pour la future décennie?

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk5MDI=