Agefi Luxembourg - Janvier 2022

Par Bernard LHOEST (portrait), Partner, Banking and Capital Markets Leader & Vanessa MÜLLER, Partner, ESG Leader, EY Luxembourg L ’agenda ESG se poursuit en 2022... Depuis mai 2018, le plan d’action sur la finance durable de la Com- mission européenne rythme la transition des acteurs du secteur financier vers une adoption de comportements plus responsables et alignés sur des objectifs de trans- formations d’une économie ré- siliente. Au-delà des enjeux de confor- mité, le regard des clients et in- vestisseurs évolue également. Au Luxembourg, 80% des clients des gestionnaires de pa- trimoine interrogés par EY dé- clarent avoir des objectifs de durabilité, mais seulement 53% d’entre eux se sentent «compris» par leurs conseillers (1) . Les investisseurs institutionnels sont aussi préoc- cupés par la menace du risque climatique et les impacts économiques qui en découlent. 78% des investisseurs institutionnels déclarent procéder à un examen structuré et formel des informations divulguées sur l’ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance). Ils sont pourtant nombreux à ne pas être satisfaits des informations partagées. En effet, 51% d’entre eux regrettent le manque d’informations sur la façon dont l’entre- prise crée de la valeur à long terme (2) . Dans un environnement toujours plus rè- glementé et compétitif dans lequel il est nécessaire d’adapter son offre de pro- duits et services et son mode opéra- toire en plus d’être en conformité, voici trois bonnes résolutions que nous vous proposons pour cette nou- velle année 2022 ! Ajuster l’offre aux nouvelles exigences règlementaires Le règlement sur la taxonomie euro- péenne (la Taxonomie) est en vi- gueur depuis le 1 er janvier 2022 . Ce système de clas- sification fournit aux acteurs des marchés financiers un ensem- ble de définitions quant aux activités économiques pou- vant être considérées comme durables sur le plan environnemental. La Taxonomie fixe 6 objectifs environnemen- taux (3) auxquels certaines activités (comme l’ac- quisition de bâtiments, la production d’énergie renouvelable, la fabrication d’acier, ou les trans- ports publics) devraient contribuer positivement ou ne pas affecter négativement. Les acteurs du secteur financier devront identifier et déclarer le pourcentage de leurs portefeuilles investi dans des activités éligibles et alignées ou non à la Taxonomie européenne. D’un point de vue pratique, l’implémentation de la Taxonomie nécessite une approche pragma- tique en deux étapes : la cartographie du porte- feuille (mandats de gestion compris), puis la comparaison du portefeuille aux activités spéci- fiques listées dans la Taxonomie afin d’identifier les investissements éligibles. Suite en page 5 PRIX DU NUMÉRO : EUR 4,50 Le Journal Financier de Luxembourg NUMERO 01/363 ISSN1561-8366 Sommaire t Economie / Banques Un ralentissement économique plus ou moins prononcé en 2022 (STATEC) p.8 Private banks put to the test to adopt future trends tomaintain stronggrip inLuxembourg (KPMG and ABBL study) p.11 t Fonds d’investissement «L’inflation devrait atteindre son sommet durant le premier trimestre» (Mathieu SAVARY, BCAResearch) p.19 t Emploi / RH Comment rester intelligent face à la mani- pulation de nos émotions ? (Rencontres Stratégiques duManager BSPK) p.30 t Informatique financière Blockchain:mieuxcomprendresesopportuni- tés pour le secteur bancaire (Dorian RIGAUD, RomainSWERTVAEGER, EY) p.37 Sommaire détaillé en page 2 Le JournalFinancierdeLuxembourg www.agefi.lu 41, Zone Industrielle, L-8287 Kehlen - Tel: +352 305757 1 - Fax: +352 24611564 - Email: agefi@agefi.lu ESG: Quel agenda pour les banques en 2022? Par David SEBAN-JEANTET, Chief Investment Officer,SociétéGénéralePrivateWealthManagement L es perspectives de crois- sance mondiale apparais- sent particulièrement robustes en ce début d’année, notamment dans les pays déve- loppés, Europe et États-Unis en tête. La demande y est forte, galva- nisée par une confiance des mé- nages au plus haut, une reprise de l’investissement et la levée graduelle des me- sures de distancia- tion sociale. Les risques sur la croissance sont centrés sur l’offre avec des tensions sur les chaînes d’approvisionne- ment, le marché du travail ou en- core l’énergie. La politique monétaire va devenir plus restrictive aux États-Unis et la sortie de ces poli- tiques hyper stimulantes pour l’économie et les marchés risquent d’entraîner de fortes tur- bulences et un retour de la volatilité. Les valorisations sont tendues mais la forte dyna- mique économique devrait prendre le dessus et permettre une forte croissance des résultats des entreprises. Les choix des investisseurs restent contraints par l’absence de rémunération sur les actifs de rendement mais plus encore par une dynamique d’inflation plus forte. Les perspectives sont plus contrastées dans le monde émergent où les pous- sées inflationnistes impliquent des politiques monétaires restrictives. La Chine fait face à un double défi avec, d’une part, une crise immobi- lière profonde et, d’autre part, une po- litique sanitaire stricte qui tend à contraindre l’activité industrielle. Une forte croissance dans les pays développés En zone euro, la croissance de- vrait s’établir à plus de 4% en 2022 (4,5% selon la Banque centrale européenne), un ni- veau jamais atteint au cours des vingt dernières années en dehors de la très forte reprise d’activité de 2021, année au cours de laquelle le PIB euro- péen a progressé de 6%. Le consensus prévoit même une croissance légèrement plus forte en Europe qu’aux États-Unis, et ce, alors que la croissance potentielle (fonction de la crois- sance démographique et de la croissance de la productivité) est moindre sur le Vieux Continent. Cette croissance sera à mettre au crédit de plu- sieurs facteurs, au premier rang desquels figure le plan de relance européen NextGenerationEU, qui entre dans sa phase de déploiement et de- vrait permettre à de multiples projets d’infra- structure de voir le jour cette année. La consom- mation des ménages et l’investissement privé sont également bien orientés grâce à une bonne dynamique de croissance du revenu des mé- nages, l’accumulation d’épargne excédentaire pendant les périodes de confinement et un net assainissement du bilan des ménages. Suite en page 3 Les pays développés champions de la croissance en 2022? JANVIER 2022 REGULATORY COMPLIANCE SENTINEL www.deloitte.lu DétailenpageXX www. deloitte.lu www.FARAD-IM.com FARAD I.M. is proud to announce that we reached 1.15 billion in assets by the end of 2021 with a growth of over 75 percent in 12 months CRM@FARAD-IM.com THANK YOU Inflation and new infections are negatively impacting economic expectations The Monthly PwC Barometer Economic Confidence indicator in collaboration with AGEFI Luxembourg www.pwc.lu Key Takeaways: -ThePwCBusinessBarometerrecordedasix-pointdecrease during the past month, reaching 44 as of end-December. -LuxembourgishGDPgrowthestimateshintatanuncertain outlook for 2022, despite favourable 2021 results. - Manufacturing in the euro area outperformed the services sector as a result of the increase in Covid-19 infections. - Expectations of central bank policies will drive the stock markets for the comingweeks. Read more on page 12 PRIVATE EQUITY - de vous à moi La rubrique mensuelle du Private Equity Lire en page xx Lire en page 17 Détail en page 10 " ! -(+%%& 9 : Lire article en page 27 Private Equity - Real Estate Trust - Trading Luxembourg, Belgium, Switzerland, Hong-Kong, Monaco, Dubaï Par Laurent CAPOLAGHI & Stefan RECH, EY Luxembourg

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk5MDI=