Recherche
S'identifier

Mensuel de mars 1997 - Fonds d'investissement

go back Retour << Article précédent     Article suivant >>


La Banque de Luxembourg parie sur les Sicav actions : Un fonds à parts fractionnées devrait être lancé au printemps
Les marchés obligataires sont devenus, paradoxalement, plus risqués que les marchés boursiers. Pour Guy Wagner, analyste à la Banque de Luxembourg, les tendances macro-économiques désinflationnistes, voire déflationnistes et les taux au plancher plaident en faveur des actions. La comparaison des performances à long terme des trois actifs type: actions, obligations et compte à terme, met hors course les deux derniers. BEF 100 placés en actions en 1975 ont rapporté BEF 1.387 à l'investisseur à la fin 1994. Une somme identique investie en obligations belges a donné BEF 667 sur la même période de 20 ans. BEF 100 dormant de 1975 à fin 1994 sur un compte à terme a rapporté BEF 641. Cela vaudra-t-il toujours pour le futur? La réponse, aux yeux de Guy Wagner ne fait aucun doute. "Cette...
Cette page n'est accessible qu'aux abonnés payants.
Veuillez vous identifier si vous êtes abonnés à la consultation de nos archives.
Nous vous invitons à souscrire un abonnement, ou à prendre contact avec nous.

This page is only accessible to paying subscribers.
Please identify yourself if you have subscribed to the consultation of our archives.
We invite you to take out a subscription, or to contact us.